Parc, 2012-2014.

Cette recherche a démarré en longeant la Seine entre Créteil et Evry en 2012. Ce point de départ m’a amené à analyser l’utilisation de l’eau pour l’aménagement de parcs et bases de loisirs des zones urbanisées d’Ile-de-France. Souvent sanctuarisés par les axes routiers et inventés par l’homme, ces espaces artificiels font une proposition d’espaces dits naturels. Tous s’articulent autour de zones humides vectrices du paysagisme qui les mettra en scène. Aujourd’hui, mes recherches se sont étendues au cimetière militaire, zone sanctuarisée et soumise à la taille des végétaux. Nature contrôlée pour illustrer le calme et le deuil ou pour accompagner le loisir urbain, le parc et le cimetière ont cet étrange point commun.