Bio

Emilie Vialet (1980) vit et travaille à Strasbourg.
L’axe majeur de ses recherches est de s’arrêter dans ces lieux où la nature est utilisée pour remplir ou recouvrir les stigmates d’un changement brutal.
Diplômée des Beaux-Arts de Rennes en 2003, elle achève son parcours à l’école Nationale Supérieure Louis Lumière en 2006 en photographie, avec l’écriture d’un mémoire sur le Tiers-Paysage. Elle réalise alors plusieurs séries sur les espaces fonctionnels ne s’offrant ni à la balade ni à la contemplation (comme les rond-points de « Fragments insulaires », les bordures de l’autoroute A10, ou encore les zones d’essais nucléaires des landes bretonnes et les bassins de décantation en Lorraine).

Elle rejoint en 2011 la mission France(s) territoire liquide à laquelle elle participe en photographiant un territoire totalement domestiqué par l’homme : les Landes. Après l’exposition de son projet “The Eternal“ en France, en Allemagne et en Suisse cette année, elle questionne de plus en plus notre rapport à la nature sauvage à travers ces espaces délimités que forment les parcs, les zoos ou les réserves naturelles — décrochant à ce titre la bourse d’aide à la création « Regards sans Limites / Blicke ohne Grenzen».

Représentée par la Galerie Schumm-Braunstein, Paris, et les Comptoirs Arlésiens de la Jeune Photographie, Arles.

-

Emilie Vialet (b.1980) lives and works in Strasbourg, France.
The major focus of Emilie Vialet’s practice is to investigate those places where nature is used to fill or cover the scars of a brutal change. Graduate of Fine Arts School in 2003 where she studied landscape photography, she completed her studies at the National School Louis Lumière in 2006, writing a thesis on the theme of contemporary landscape. She realised several series on functional spaces offering neither walking nor contemplation (as roundabouts of “Fragments insulaires“, the borders of the A10 motorway, or nuclear testing areas in Britain and Lorraine).

In 2011, she joined the mission “France(s) Liquid territory“ in which she participates by photographing a territory totally domesticated by man: the Landes (France). After an exhibition of her project “Parc“ in Luxembourg in 2013 and a collective exhibition at the Transphotographique festival in Lille in 2014 and Robert Doisneau Gallery CCAM in 2015, she questions increasingly our relation to the wilderness through delimited spaces such as formed by parks, zoos or nature reserves. Her current and ongoing project “The eternal“ has been awarded the grant for photographic creation “Regards without Limits / Blicke ohne Grenzen“ of the Greater Region.

Represented by Schumm-Braunstein Gallery, Paris, and Arlesian counter of young photography Gallery, Arles.

-

Contact : emivia(at)gmail.com
Plus d’informations : Dossier artistique

_1BT6859ret